Nema Problema

Nema problema

De Laura Forti

Éditions Actes Sud-Papiers

Traduction : Marie d’Origny et Emiliano Schmidt Fiori

 

 

Mise en scène Alain Batis

Avec Raphaël Almosni, comédien et Stanislas de Nussac, musicien

 

 

 

Scénographie – Sandrine Lamblin assistée de Philippa Butler avec la collaboration de Cécilia Delestre, Lumières – Jean-Louis Martineau, Costumes – Jean-Bernard Scotto, Création musicale – Stanislas de Nussac, Assistanat à la mise en scène – Lucie Laurent et Emmanuelle Rozes, Collaboration artistique Edwige Wood

Régie Lumières – Nicolas Gros, Régie son – Émilie Tramier

 

 

Création 2010

 

 

En 1992, un jeune homme italien de 23 ans part en Croatie chercher ses grands parents. Enrôlé, il bascule dans la guerre. A son retour, il se réfugie dans Lover Man de Charlie Parker pour exorciser son histoire qui le hante.

 

Une rencontre entre un saxophoniste et un comédien. Entre l’Italie, la Croatie et la Bosnie. Entre l’enfer de la guerre et le silence de l’Occident.

Deux protagonistes. Un corps fracturé entre le verbe et la musique pour conjuguer flashback et présent. Le moteur
dramatique de la pièce est ce rapport de dualité entre le Musicien, personnage enfoui dans le mutisme et le  comédien passeur de l’histoire. Raconter l’histoire de S. sans pathos, directement, simplement, en offrande, en laissant poindre ses moments d’humour mais surtout d’incompréhension et de rage. Dans cette confession que nous prenons en cours « Donc, moi en 1992… » faire entendre avant tout cette parole implacable qui émane de cette oeuvre belle et forte, compacte, troublante.

 

Production Compagnie La Mandarine Blanche. En coproduction avec L’Espace Jacques Prévert-Théâtre d’Aulnay-sous-Bois et la Ville de Boulogne-sur-Mer. Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France/Ministère de la Culture et de la Communication, de la Ville de Paris, de la SPEDIDAM et de la Ville de Villiers-sur-Marne.

 

 

© Grégory Marza

Les commentaires sont clos.