Face de Cuillère : présentation

 

Texte de Lee Hall 

Traduit de l’anglais par Fabrice Melquiot – L’Arche, agent et éditeur du texte représenté

 

Mise en scène Alain Batis

Avec Laetitia Poulalion

Scénographie : Sandrine Lamblin / Lumière : Jean-Louis Martineau / Costume : Jean-Bernard Scotto / Régie Lumière : Nicolas Gros / Régie Son : Emilie Tramier

 

Spectacle tout public à partir de 12 ans

Durée : 1h25

 

Prix MOMIX 2011- festival international jeune public de Kingersheim

 

 

On l’appelle « Face de cuillère ». Elle a une tête toute ronde comme lorsqu’on regarde son reflet sur le dos d’une cuillère. Elle raconte sa passion pour l’opéra, la rencontre avec le docteur Bernstein…

Les grands airs de la Callas tissent le fil de ce récit, hymne à la vie.

Lee Hall, scénariste du film Billy Elliot, a le talent rare de jongler avec tous les ingrédients du mélodrame sans que cela devienne, ne serait-ce qu’un instant, mélodramatique.

 

Lee Hall  nous livre une pièce lumineuse et bouleversante en donnant la parole à cette enfant si singulière. Le récit est fulgurant, l’écriture suspendue, l’humour sous jacent. La dimension poétique et la puissance métaphorique du texte permettent d’aborder des questions aussi difficiles que « l’anormalité » et la maladie surtout lorsqu’il s’agit d’un enfant.

« Face de cuillère » convoque joie, beauté, rêve pour parler de sa différence, de ses peurs, de son quotidien « chaviré ». La parole et le corps sont emportés par l’intarissable mouvement … Jaillit la profonde étincelle de vie. Naissance dans l’ombre d’une enfant de lumière qui vient nous parler tout haut : « C’est quoi le sens de tout ça ? Et le sens, c’est si tu trouves l’étincelle… »

 

Une alchimie s’opère entre deux auteurs, Lee Hall à l’origine de l’écriture et Fabrice Melquiot, le traducteur. La trajectoire que nous avons choisie est celle du poétique donc de l’universel, clé de voûte de l’existence.

 

Teaser réalisé par Kuadri Production

 

Plaquette

Photos

La presse en parle

Dates de représentation

 

 

Les commentaires sont clos.